Édito novembre 2022

Tendus vers la vie

J’aime infiniment la pédagogie de notre Église. Dans notre calendrier liturgique, l’harmonie entre fêtes et saisons nous ouvre l’horizon vers l’espérance. En automne où nous assistons au commencement de la mort apparente de la nature, l’Église nous met sur le chemin de la vie. 

Le 1er novembre, c’est la Toussaint : la fête de tous les saints, connus et inconnus. Cette solennité nous rappelle que la vie est  plus forte que la mort. Autrement dit, ceux qui restent fidèles au Christ et à son Évangile sont victorieux de la mort. Par conséquent, la mort physique n’est qu’un passage obligé pour accéder à la vie éternelle. La Commémoration de tous les fidèles défunts, le 2 novembre, est une occasion de  confier tous nos défunts à la tendresse et à la miséricorde de Dieu. Les défunts ont besoin de notre prière. C’est pourquoi l’Église nous encourage à demander des messes pour eux (Cf. 2 Martyrs d’Israël ou Livre des Maccabées 12, 40-46). C’est le plus beau bouquet de fleur que nous puissions leur offrir. Mais, ne l’oublions pas, prier aussi pour les vivants demeure une nécessité chrétienne. Nous pouvons demander une messe pour des événements heureux (anniversaire, naissance, réussite professionnelle, académique, scolaire, familiale, etc.) ou malheureux (maladie, conflit interpersonnel, familial, professionnel, etc.). 

La fête du Christ-Roi de l’univers, le 20 novembre, tourne nos regards vers l’Auteur de la vie, Jésus-Christ. Ce jour-là, nous aurons la joie d’être envoyés en mission afin de mettre en œuvre les orientations de notre Projet Pastorale Missionnaire. Ce mois de novembre nous introduira aussi dans le Temps fort de l’Avent, début d’une nouvelle année liturgique. Il nous aidera à vivre intensément dans la foi, la charité et l’espérance afin de préparer la venue de l’Emmanuel, Dieu-avec-nous. Profitons de toutes les belles initiatives proposées sur notre paroisse. Notre vie présente et à venir en dépend.

Que Dieu vous bénisse !

Père Adolphe IDUMBA NYANGILOLO