Édito Octobre 2021

« Si pour vous, je suis curé ; avec vous, je suis chrétien »

Ces mots paraphrasés de Saint Augustin traduisent ma conviction profonde en ce moment où je prends ma nouvelle charge curiale sur notre Paroisse Saint Etienne en Drouais. En effet, le Curé conduit la paroisse mais les paroissiens construisent le Curé. Il s’agit là d’une sorte d’osmose entre le Curé et ses paroissiens. L’un ne peut rien sans les autres. On est prêtre, curé pour les autres et avec les autres. Je sais combien certains sont bouleversés  par le changement des curés sur notre paroisse et sur l’ensemble de notre diocèse. C’est normal. Cependant, ce mouvement  impose à tous un effort.

Le premier effort à faire : nous libérer de l’idée d’un curé super-prêtre à la façon des super-héros dotés de super-pouvoirs. Le curé n’est pas un super-prêtre, plus fort, plus intelligent, plus saint que ses paroissiens, ses collaborateurs. Dieu donne au curé comme à chaque baptisé une semence qui se développe progressivement. C’est dans le temps, avec les autres, dans les contacts avec les autres, dans un long apprentissage avec les autres, surtout avec les paroissiens qui lui sont confiés, que le curé devient ce qu’il est réellement. Dès lors, ce que je vous demande : soyons patients les uns avec les autres ; favorisons l’accueil mutuel et le dialogue interpesonnel. « La semence profite de la terre pour devenir un arbre immense. A condition que la terre joue le jeu » (Mgr Luc Ravel).

Le deuxième effort à faire : évitons de nous enfermer dans le passé. L’expérience du passé nous aide à vivre le présent et à orienter notre avenir. Je voudrais que nos succès et/ou nos échecs du passé nous aident à poursuivre la construction de notre paroisse aujourd’hui. Seul, je ne ferai rien. Mais avec vous, par la grâce de Dieu en Jésus-Christ, sous la conduite du Saint Esprit, nous ferons des prouesses.

Le troisième effort, c’est de prier les uns pour les autres. La prière doit être au coeur de tous nos projets, de toutes nos activités. Elle nous met en intimité avec Dieu et donne sens à notre vie. Elle dilate nos coeurs à l’amour inconditionnel et véritable du prochain. Sans la prière, nous sommes des païens déguisés en chrétiens. Sans la prière, nos actions sont fragiles et inefficaces. Fort de vos prières, de votre proximité, je peux, mutatis mutandis, affirmer avec Saint Augustin : “Si ce que je suis pour vous m’épouvante, ce que je suis avec vous me rassure. Pour vous en effet, je suis l’évêque (curé); avec vous je suis chrétien. Évêque (Curé), c’est le titre d’une charge qu’on assume ; chrétien, c’est le nom de la grâce qu’on reçoit. Titre périlleux, nom salutaire. (Saint Augustin, Sermon 340,1, cité en Lumen Gentium 32, constitution dogmatique sur l’Église du Concile Vatican II).

Cheminons tous ensemble sous l’action de l’Esprit Saint.

Père Adolphe IDUMBA NYANGILOLO,

Curé